Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 Oct

Défendre Charles Enderlin, n’est ni idiot ni malhonnête : c’est simplement nauséabond.

Publié par David  - Catégories :  #PETIT BILLET

 

Un idiot chez Enderlin

http://www.drzz.fr/wp-content/uploads/2215407768_8fde4752c9.jpeg

Un type que je ne connais pas et que je n’ai aucune envie de connaître, auteur d’une thèse de doctorat sur le CRIF, mais incapable d’utiliser Google pour orthographier correctement mon nom, me cite dans un texte court en tous les sens du terme, paru sur le blog de Charles Enderlin. (Je ne fréquente pas les cloaques et c’est, en ces conditions, un endroit où je ne vais jamais, mais un ami me l’ayant signalé, j’ai fait une exception). 
 
Non seulement il me cite, mais il m’incrimine et incrimine aussi Pierre-André Taguieff, pour qui j’ai de l’amitié, et Richard Prasquier, que j’estime beaucoup. Pourquoi procède-t-il à ces incriminations ? Pour défendre Charles Enderlin, bien sûr, et pour défendre le superbe documentaire de propagande « Un œil borgne sur la planète ». 
 
Je réponds.
 
Et je dis à ce type (citons son nom, il aura ses trente secondes de notoriété : Samuel Ghiles-Meilhac) que son texte est malhonnête ou idiot, voire les deux à la fois. 
 
Il faut appartenir à la catégorie des idiots (utiles ou inutiles) pour voir la moindre « volonté de paix » chez Mahmoud Abbas. Ou alors, il faut ne jamais lire ses discours, sauf s’ils sont traduits en version expurgée par Charles Enderlin. 
 
Il faut n’avoir jamais mis les pieds à Ramallah (sinon en compagnie de Charles Enderlin) pour voir « les réussites, pacifiques, de l’Autorité palestinienne », et encore faut-il éviter soigneusement de demander ce que signifie le nom des rues ou ce que fait le monsieur ou la dame sur la photo avec un bandeau autour de la tête et une mitraillette à la main. 
 
Pour parler d’ « occupation de la Cisjordanie », il faut être malhonnête ou s’être fait injecter l’intégrale des pensées de Yasser Arafat en intra-veineuse : la quasi-totalité de ce que seuls les « pro-palestiniens » (que je préfère appeler pro-terroristes) appellent Cisjordanie est vide de toute présence humaine. Il y a quelques villages juifs, des villages et des villes arabes, et des militaires israéliens ici ou là, mais trop peu nombreux pour empêcher à chaque fois, qu’un monsieur ou une dame comme ceux figurant sur la photo, assassinent des Juifs.
 
Pour ne voir aucune trace d’antisémitisme chez Régis Debray, il faut vraiment être très très idiot. Pour ce qui me concerne, je ne peux pas lire ce qu’écrit Régis Debray sur Israël plus de cinq minutes sans avoir la sensation de puer des yeux. 
 
Citer à l’appui de ce qu’on écrit Annie Kriegel, qui parlait d’une autre époque et d’un autre contexte n’est, pour le moins pas très honnête. Et parler de « police de la pensée » quand des gens s’indignent de falsifications avérés n’est ni idiot ni malhonnête : c’est simplement nauséabond.
 
Nul au CRIF, pour lequel je suis toujours disponible lorsqu’on a besoin de moi, ni moi, ni Pierre-André Taguieff ne pratiquons la moindre police de la pensée.
 
Je suis pour la liberté de parole pleine et entière. 
 
Je suis aussi pour l’honnêteté intellectuelle : quand je vois ou entends un mensonge ou une falsification, je le dis. Quand je parle d’histoire, je ne prends pas mes sources dans les bureaux de propagande d’une officine terroriste.
 
Quand je vois une incitation à la haine basée sur des affirmations fausses et biaisées, je le dis. 
 
Apparemment, le type que je ne connais pas et que je n’ai aucune envie de connaître pense que face à au mensonge, à la propagande, à l’incitation à la haine et aux informations fausses et biaisées, il faut se taire. 
 
Il a compris comment marchent les médias français. Charles Enderlin a dû lui donner un susucre comme aux chiens qui font le beau.
 
Et pour la prochaine affaire al Dura, il le placera assistant cameramen, et c’est évident, il verra de ses propres yeux le petit Mohamed tué par ces sales soldats israéliens. 
 
Il fera une brillante carrière.
 
Reproduction vivement encouragée, avec la mention suivante et le lien ci dessous :
© Guy Millière pour www.Drzz.fr
.

À propos de Guy Millière

Guy Millière, (spécialisation : économie, géopolitique). Titulaire de trois doctorats, il est professeur à l'Université Paris VIII Histoire des cultures, Philosophie du droit, Economie de la communication et Maître de conférences à Sciences Po, ainsi que professeur invité aux Etats-Unis. Il collabore à de nombreux think tanks aux Etats-Unis et en France. Expert auprès de l’Union Européenne en bioéthique, Conférencier pour la Banque de France. Ancien visiting Professor à la California State University, Long Beach.Traducteur et adaptateur en langue française pour le site DanielPipes.org. Editorialiste à la Metula News Agency, Israël Magazine, Frontpage Magazine, upjf.org. Membre du comité de rédaction d’Outre-terre, revue de géopolitique dirigée par Michel Korinman. Rédacteur en chef de la revue Liberalia de 1989 à 1992Il a participé aux travaux de l'American Entreprise Institute et de l'Hoover Institution. Il a été conférencier pour la Banque de France, Il a participé à l'édition d'ouvrages libéraux contemporains comme La constitution de la liberté de Friedrich Hayek en 1994 dans la collection Liberalia, puis dans la collection « Au service de la liberté » qu'il a créée aux éditions Cheminements en 2007. Il a également été rédacteur en chef de la revue éponyme Liberalia de 1989 à 1992. Il a été vice-président de l'Institut de l'Europe libre ainsi que Président et membre du conseil scientifique de l'Institut Turgot. Il fait partie du comité directeur de l'Alliance France-Israël présidée par Gilles-William Goldnadel. Il est l'auteur de plus d'une vingtaine d'ouvrages.

 

Commenter cet article

À propos

Désinformation