Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
09 Jul

Ni les musulmans, ni les chrétiens, ni les juifs ne peuvent dire le contraire...

Publié par David  - Catégories :  #PETIT BILLET

Top of Form 1 Contribuez avec 2 euros

 

 

 

Les crypto - inquisiteurs alliés de Ayatollahs - par Bernard Darmon

.

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSSx-ksyF0wVi4RJpjw6KFfxV_j_udxOWYuMPiaanTXvnc3Ed1a6w

 

.

 Nul besoin d’être religieux, ni même de croire en Dieu pour comprendre l’évidence du  caractère religieux des tensions autour de l’État d’Israël et de Jérusalem.

;

Croyant ou pas, il est impossible d’écarter la religion de la centralité de l’Histoire de cette région du Monde.  Elle est omniprésente depuis 3500 ans. Ni les musulmans, ni les chrétiens, ni les juifs ne peuvent dire le contraire, et l’Histoire des conquêtes de cette terre ont toujours été faites  au nom de Dieu. 

.

Lorsqu’elle était arabe ou turque, la Palestine est toujours restée une province sans grande importance, ne revendiquant jamais aucun nationalisme propre. Jérusalem ne fut JAMAIS la capitale d’aucun État Arabe.

.

Quant  au peuple palestinien,  il n’a jamais existé en tant que peuple avant le XXème siècle. Il a articulé,  depuis le début de sa récente existence, son idéologie sur la religion et le Djihad. C’est ainsi que le premier leader nationaliste arabe palestinien fut le muphti de Jérusalem, grand ami d’Hitler. 

.

C’est bien au nom d’Allah que les arabes palestiniens mirent leur veto au retour massif des juifs sur leur Terre, quitte à s’allier, pour se faire,  avec le Diable, puisque leur objectif était commun : empêcher par tous les moyens le retour des propriétaires de cette Terre.

.

Pour les orthodoxes musulmans arabes, accepter cette rédemption nationale juive, met en cause le cœur de leur Foi qui prétend que l’exil des juifs est une punition Divine. C’est le même argument depuis 2000 ans ressorti comme leitmotiv par les musulmans pour valider le pillage de l’Histoire juive au profit des autres religions monothéistes.

.

Le fait palestinien n’est pas nationaliste au sens politique, il ne l’a jamais été. Avant le XXème siècle, jamais aucune revendication nationale ne s’est manifestée en provenance des habitants de la province palestinienne. Même si les habitants de cette région dont des juifs toujours présents furent décrits par des voyageurs, personne avant le XXème siècle n’a jamais  parlé de ce peuple palestinien, et quiconque aurait à sa disposition des traces de culture palestinienne avant le XXème siècle devrait les faire connaître au plus grand nombre.

.

Les Palestiniens, dont les souffrances sont réelles,  sont les victimes sacrificielles dédiées par toute la nation arabe pour faire valoir des dogmes religieux qui se prévalent de représenter l’Islam comme un aboutissement supérieur au Judaïsme. C’est la raison pour la quelle, la cause palestinienne est considérée comme centrale en Iran comme en Arabie Saoudite, en Afghanistan comme au Soudan.

Mais revenons à l’actualité.

.

Il est intéressant d’observer que les révoltes populaires dans les pays arabes s’attaquent à des régimes autoritaires nationalistes. La répression des dictatures religieuses est bien trop efficace, et les embryons de manifestations sont réprimées sans concession.

.

Les grands pays arabes porteurs d’un nationalisme politique tels que furent la Tunisie, l’Égypte et la Syrie, sont en plein renouveau et nul ne sait ce qu’ils vont devenir, même si les partis religieux sont dans tous les cas aux portes du pouvoir. Dans cette période troublée, la cause arabe palestinienne est entre parenthèses et aujourd’hui, les  plus virulents parmi ceux qui  militent pour la cause palestinienne ne sont pas des arabes de la région. 

.

Ils sont principalement des européens, des américains, d’origines juive et chrétienne pour la plupart. Allergiques au nationalisme juif bien réel, ils supportent avec un aveuglement étrange le nationalisme palestinien créé au service d’une orthodoxie religieuse. Ils militent pour la Libération de tous les peuples à l’exception du peuple juif, aveuglés qu’ils sont par des préjugés et des amalgames que ne leur auraient pas enviés les pires procureurs staliniens.

.

Tous les moyens sont bons à leurs yeux pour discréditer le sionisme et le sionisme seulement. Ils oublient qu’Israël est le seul état  démocratique du Proche et Moyen-Orient où vivent malgré la guerre des chrétiens, des arabes et des juifs dans un vivre ensemble, certes imparfait, mais en tous cas pas pire que dans notre pays.

.

Ils  envoient des flottilles et appellent au boycotte au nom d’un anti-sionisme exacerbé qui leur sert de défouloir et d’exutoire à toutes leurs erreurs passées. On retrouve des communistes, des verts, des soi-disant trotskystes, tous nostalgiques de combats héroïques, tous en mal d’idéologie dans ce monde qui a changé. 

.

Ils salissent en réalité la mémoire de leurs illustres prédécesseurs qui combattirent pour la Liberté et contre l’oppression.  

.

N’en déplaise au « petit facteur » sur un bateau en méditerranée, ceux  qui luttèrent pour la Liberté, ceux qui résistèrent à la barbarie n’ont rien de commun avec les Ayatollahs du Hamas. 

.

Les combattants de l’affiche rouge, consacrés par Léo Ferré,  criaient en s’abattant « je meurs  sans haine en moi pour le peuple allemand », lorsque les fanatiques du Hamas et leurs sbires à Gaza ou Itamar égorgent des familles entières y compris femmes, enfants et nourrissons. Les combattants républicains espagnols ou italiens, les résistants français seraient aujourd’hui du côté des sionistes et chanteraient Bella Ciao en luttant contre les islamo-fascistes palestiniens qui règnent en maîtres à Gaza, foulant aux pieds chaque jour les droits élémentaires de leur population prise en otage par une idéologie religieuse liberticide et opprimante.

.

Les oppresseurs des palestiniens à Gaza ne sont pas les sionistes,  mais ces barbus qui empêchent depuis plus de 60 ans des femmes et des hommes de s’émanciper. Ces affabulateurs  soit disant héritiers du marxisme et porteurs des grands combats comme « la lutte des classes », la lutte contre le misérabilisme religieux qui est  « l’opium du peuple », devraient entrer à Gaza pour manifester contre les dirigeants du Hamas qui créent et gèrent les pénuries pour enrichir quelques familles au détriment du plus grand nombre et enseignent l’obscurantisme et la haine dans les écoles. 

.

Ces opérations médiatiques aux frontières d’Israël sont manipulées par ces fondamentalistes qui depuis 60 ans utilisent la cause palestinienne comme alibi et paravent de leur totalitarisme.

.

Messieurs les crypto- inquisiteurs, c’est à Gaza, Damas, Téhéran, ou à Riyad  qu’il faut manifester.

Bernard Darmon

http://bernarddarmon.unblog.fr/2011/07/08/les-crypto-inquisiteurs-allies-des-ayatollahs/

 

 

Commenter cet article

À propos

Désinformation