Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
01 Sep

Obama dans l'inaction, Bachar al-Assad met les bouchées doubles - par Fedida Maklouf

Publié par David  - Catégories :  #PROCHE-ORIENT

 

Obama dans l'inaction, Bachar al-Assad met les bouchées doubles - par Fedida Maklouf

.

.

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcT1YOV3d_-J8sQ0JZJcS4oY_ocG0k2j82t927Zc42r9WxV1hsEc

.

Bachar al-Assad doit être assez satisfait du quasi-silence des États-Unis.

.

Obama, n'a fait que réprimander avec quelques mots désagréables certes, mais ne semble pas vouloir aller bien plus loin à l'encontre du régime d'Assad. Le département d'État, ne montre aucun signe, qui indiquerait que l'administration d'Obama a le désir de faire tomber le régime sanguinaire de Bachar. Peu importe les morts, le nombre d'incarcérations, d'arrestations arbitraires, Obama et consorts, Clinton en tête ne font que des phrases. En attendant, le régime syrien en place, redouble de violence avec la ferme intention d'en finir avec les révolutionnaires. 

.

La Syrie est depuis longtemps une équation difficile à résoudre, en effet, dans l'échiquier Moyen-oriental, avec son mélange ethnique, ses groupes religieux, ses rivalités entre Sunnites, Alaouites, Druzes, Chrétiens, Kurdes, et en moindre nombre Ismaéliens et Chiites, a toujours posé un dilemme sérieux pour la politique étrangère américaine et pour Israël. Ces divisions ethniques et religieuses, risquent de se réveiller - c'est une bombe à retardement prête à exploser. 

.

Cette réalité est devenue de plus en plus évidente depuis que Bahar al Assad a succédé à son père en 2000. En l'absence de réelles aspirations politiques, Bachar n'était pas prêt, ni formé pour devenir chef d'État de cette République arabe syrienne. Pour la petite histoire, ce ne fut qu'après la mort de son frère, Bassel el-Assad,dans un accident de voiture que Bachar a été rappelé en Syrie en 1994, alors qu'il faisait des études à Londres. Rapidement intronisé afin de perpétrer la lignée Assad. Il a vite maîtrisé l'art de la dictature.

 

.

Le radicalisme de la Syrie est unique, c'est une dictature minoritaire d'une petite entité Alaouite, qui ne propose ni liberté, ni avantages matériels. Elle exige la démagogie, et une politique permanente du bouc émissaire, que sont à ses yeux les États-Unis et bien sûr Israel.

.

En dernière analyse, la Syrie sous Bachar représente une menace plus grande pour l'instabilité régionale que sous Hafez El Assad, précisément parce qu'elle est imprévisible.

 

Cela pour dire que si Washington continue de sermonner Bachar al Assad, et lui demander de démissionner à chaque conférence de presse, en se cachant derrière le Conseil de sécurité, au prétexte que la Russie exerce son droit de veto, cela ne sera guère suffisant .

.

extraits adaptés et traduits par Fedida maklouf ; les liens vers les sources figurent en bas de page

http://israelmatzav.blogspot.com/2011/09/obama-not-doing-enough-on-syria.html?utm_source=twitterfeed&utm_medium=twitter 

 

 

 

Commenter cet article

À propos

Désinformation