Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
04 Jun

Pakistan: une chrétienne condamnée à mort pour avoir bu de l'eau...

Publié par David  - Catégories :  #TÉMOIGNAGES

 

 

Terrorisme d’Etat et christianophobie au Pakistan – Par Michel Garroté

Asia Bibi, chrétienne martyre pakistanaise commence à faire parler d’elle dans un nombre limité de cercles. Christian Vanneste a rencontré le mari et la fille d’Asia Bibi. Il répond ici aux questions de Nouvelles de France (ci-dessous, extraits adaptés).

Nouvelles de France : Christian Vanneste, qu’est-ce qui vous a poussé à rencontrer la famille d’Asia Bibi ?

Christian Vanneste : J’ai été saisi – il y a plusieurs mois – de cette question. Avec d’autres députés, j’étais intervenu auprès de Michèle Alliot-Marie, alors ministre des Affaires étrangères et européennes. Un peu plus tard, nous avions écrit à Alain Juppé pour demander la libération d’Asia Bibi. Sa situation est dramatique : on peut la résumer en disant que cette chrétienne a été condamnée à mort pour avoir bu un verre d’eau (d’un puits réservé aux musulmans). J’avais été mis en contact avec Anne-Isabelle Tollet, journaliste à France 24 et auteur de Blasphème - un livre sorti il y a quelques jours – qui raconte l’histoire d’Asia Bibi. C’est accompagnée de son éditeur ‘Oh éditions’, du mari et d’une fille d’Asia Bibi que je l’ai revue hier. Je cherche maintenant à ce qu’un maximum de personnes lisent Blasphème. Car si on ne libère pas très rapidement Asia Bibi, elle risque de mourir. Ce même si la peine de mort n’est pas appliquée (Asia Bibi a interjeté appel de sa condamnation en première instance). Ses conditions de vie sont affreuses, elle vit dans ses excréments. Sans parler du risque d’assassinat en prison. Je vous rappelle que deux personnalités pourtant protégées, le gouverneur du Pendjab Salman Taseer et le ministre chrétien des minorités Shahbaz Bhatti ont été assassinés ces derniers mois au Pakistan pour avoir pris sa défense. On a donc, d’un côté, une violence disproportionnée par rapport aux faits, de l’autre, une personnalité attachante, celle d’Asia Bibi. Je crois qu’il est de notre devoir à tous de manifester notre solidarité, y compris, j’ose le dire, en tant que chrétiens.

Nouvelles de France : Comment le ministre des Affaires étrangères que vous avez rencontré mardi a-t-il réagi ?

Christian Vanneste : J’ai rencontré Alain Juppé mardi matin. Il a promis de s’occuper de l’affaire Asia Bibi dans les 48 heures. Le ministre a été très ferme. Nicolas Sarkozy m’a dit être au courant de l’affaire Asia Bibi.

Nouvelles de France : Avec vos confrères du Collectif parlementaire de la Droite populaire, vous avez également rencontré le Président de la République mardi soir ?

Christian Vanneste : Tout à fait. Je lui ai donné le livre Blasphème et lui demandé d’intervenir. Il m’a dit être au courant de cette affaire et a promis d’agir. Le message est passé.

Nouvelles de France : Envisagez-vous d’autres formes de mobilisation ?

Christian Vanneste : On réfléchit à ce que l’on pourrait faire. Les médias de masse se refusent à évoquer cette affaire. C’est très clair.

Michel Garroté

Reproduction autorisée avec les mentions ci-dessous :

Michel Garroté, Copyright 2011 http://drzz.fr/

http://www.ndf.fr/la-une/01-06-2011/christian-vanneste-alain-juppe-a-promis-de-soccuper-de-laffaire-asia-bibi-dans-les-48-heures

À propos de Michel Garroté

Michel Garroté est diplomé ès sciences politiques de l'Université de Genève (Suisse). Il a travaillé dans le journalisme puis comme porte-parole du PDG de la multinationale Nestlé. Ce fils de diplomate a depuis été porte-parole de la European Roundtable of Industrialists (Bruxelles), porte-parole du Corps consulaire et diplomatique à Lausanne (Suisse) et rédacteur de la lettre d'information Amérique Latine Pétrole (Groupe Georges Bornes).Auteur d’un essai sur la conversion et la foi, « Du vin de vertige à la coupe du salut », édité par Publication Béatitudes en 2005. Et auteur d’un essai sur la foi et la dépression, « Dieu est il dépressif ? », paru aux Editions St-Joseph en 2007.

 

Commenter cet article

À propos

Désinformation